Accueil Non classé The Art of Letting Go

The Art of Letting Go

0
0
34

20 février : Parmi plus de 90 mecs à m’avoir envoyé des messages depuis que je suis inscrite sur le site de rencontre, c’est-à-dire deux semaines, il y en a un qui m’a fait complètement craquer. Il s’agit de Romain ! Ça fait 3 jours qu’on s’écrit. Le courant passe tellement bien, mieux qu’avec tous les garçons avec qui j’ai pu échanger sur ce site. Et peut-être même mieux qu’avec tous ceux rencontrés dans ma vie. Demain je dois voir Jules, un autre de mes prétendants virtuels, mais je lui ferais bien comprendre que ça ne pourra être qu’amical entre nous. Est-ce que j’aurais préféré voir Romain ? Oui et non. Oui parce que j’ai vraiment envie de le voir et d’être avec lui. Non parce que ça me stress ! J’ai envie d’être parfaite pour lui ! Je ne dis pas que c’est l’homme de ma vie, mais on pourrait passer de bons moments tous les deux !

Nuit du 21 février : Hier soir, j’étais au théâtre avec ma famille, mais je ne faisais pas attention à ce qui se jouait devant moi. Je n’avais qu’une envie : rentrer à la maison, allumer mon ordinateur et parler à Romain toute la nuit. Je n’avais pas son numéro… Jusqu’à aujourd’hui ! Et d’ailleurs on s’est parlé toute la journée. Je suis folle de lui, je sais que je suis amoureuse, oui c’est con d’être amoureuse d’un mec qu’on a jamais vu de sa vie (la « vraie » vie) et je dois être aussi ridicule que tous ces ados ratés qui passent sur MTV, mais je m’en moque. Je suis amoureuse ! Je me sens bien, je me sens vivante ! Alors ne m’enlevez pas ça par des sermons. Sinon aujourd’hui j’ai passé une super journée avec Jules dans les plus beaux endroits de Paris, il a craqué pour moi mais bon. Je lui ai dit pour Romain. Je n’y peux rien, je ne pense qu’à lui.

22 février : Je suis trop heureuse ! Je déborde d’excitation, je suis submergée de bonheur et je le sais maintenant, j’en suis persuadée, âme s

œur ou pas, peu importe, celui que j’aime c’est Romain ! Ce matin, il a vu mon message de la veille comme quoi je comptais me désinscrire du site et je me demandais s’il en ferait autant pour moi. Et c’est ce qu’il a fait ! C’était une évidence pour moi, il était temps d’arrêter, j’avais trouvé ma moitié. Et quand je l’ai dit à mes prétendants ils sont partis dans des mélodrames : « Qu’est-ce qu’il a de plus que moi blablabla !? ». Tout simplement, je peux dire ce que je veux avec Romy, je peux être moi, c’est-à-dire fofolle. Quand on discute, quand on délire tous les deux, je vois bien qu’on était fait pour se rencontrer. Voilà ! Je suis amoureuse et c’est bien là mon seul vrai critère dans une relation avec un homme. Pour l’instant, je l’avoue je ne pense qu’à Romain, je le veux ! Olala s’il savait que je dis ça de lui, il serait tout foufou ! Je l’aime, je l’aime, je l’aime !!!

Nuit du 25 février: Bon je suis encore un peu bourrée. Pff j’ai passé une trop bonne soirée woaw, j’étais avec Romy et c’est historique ce qui s’est passé. Olala j’ai encore son odeur sur ma main, sur mon corps, je l’aime troooooooooooooop ! J’ai bu beaucoup, je me souviens pas de tout, mais pour la première fois de ma vie, j’ai dit à un mec que je l’aime avant qu’il ne le fasse ! Et en plus c’est la première fois que je le dis à un mec que j’aime vraiment. Nan mais laisse, c’était trop romantique, je lui ai tout avoué en le regardant droit dans les yeux, ah oui et là on s’est embrassé !!! Putain j’en reviens pas de lui avoir dit que j’étais tombée amoureuse de lui et je sais que ça n’a aucun rapport avec l’alcool. Non je lui aurais dit de toute façon, mais ça aurait été un peu plus compliqué sans ! Je l’aime trop !! C’est mon copain !! j’ai un nouveau job et un nouveau copain à la fois ! Wouhou ! Par contre je risque pas d’être très fraîche à mon premier jour demain !

29 février : Oh putain il est midi et je viens juste de rentrer ! Hier j’ai passé la soirée avec mon chéri ! Même qu’on a dormi ensemble ! Enfin, dormi…On n’a pas du tout dormi de la nuit ! Nan j’ai pas fait de bêtises, juste des bisous et des câlins. J’suis claquée, c’était trop bien !! Je l’aime trop mon Romy !! Oui c’est vrai ça va peut-être un peu vite, mais nous deux on fait les choses naturellement et ça devient logique. Je me demande comment cette relation va évoluer. Rien que de nous voir tous les deux dans la rue, on peut en conclure qu’on est amoureux. Vendredi soir, y’a même un mec qui nous a dit : « Ils sont trop mignons !! ». Ouiiii ! A sa façon de me tenir la main, de me prendre la taille et de mettre son bras autour de mon épaule… Huuuum trop de complicité !!!!

Nuit du 29 février : J’ai pas intérêt à faire des histoires pour rien, parce que ça se passe vraiment bien entre nous. J’en ai rien à foutre des conneries d’âmes s

œurs, de femme ou d’homme de sa vie. Je ne sais même pas comment l’expliquer, je ne m’imagine même pas avec quelqu’un d’autres que lui. Il me plaît physiquement et j’aime ce qu’il est. On passe vraiment de bonnes soirées. Mais le mieux c’était ce matin, on était trop bien, là après notre première nuit ensemble. Il me manque déjà, je l’aime trop !! Et je ne le verrais pas avant jeudi, c’est trop triste. Il est tout foufou comme moi et je ne veux pas le perdre.

3 mars : Je reviens de ma soirée avec mon Romy d’amour ! J’ai dormi (enfin non pas « dormi ») avec lui. Mon père ne s’était même pas rendu compte que je n’étais pas à la maison. Enfin, tant mieux ! Pff j’suis tellement amoureuse, une deuxième nuit géniale, mais les prochaines seront meilleures encore. Mais j’ai trop peur de le perdre, c’est de la folie, n’y pensons plus ! J’ai peur de me rapprocher de lui et que ce soit la rupture. Toutes ces mauvaises expériences, celle avec ma dernière relation foireuse par exemple ne m’aident pas à avancer. Je ne veux vraiment pas tout gâcher.

Nuit du 9 mars : Bon ça fait 4 jours que je n’ai pas donnés de nouvelles et pendant ce laps de temps, j’ai dormi deux fois chez mon Romain. Mon père au courant à chaque fois, gros stress à chaque fois. Lundi soir ça ne m’a pas empêché de passer une superbe nuit avec mon chéri mais hier soir, ou plutôt à 4h du mat aujourd’hui, j’ai été bouleversée. Mon frère m’envoie un message pour me dire que c’est la crise à la maison et que je suis la cause des disputes. Romy m’a boudé tout le reste de la nuit, on s’est couchés fâchés. Je regrette d’avoir jeté un froid dans ma relation avec mon homme à moi, je l’aime tellement, je ne veux pas le perdre. On s’est réconcilié mais pas comme je l’aurais voulu. On a passé une bonne journée vu qu’on a sauvé un lézard à la ferme tropicale et fait virer un mec du KFC en échange d’une glace gratuite. On avait passé une bonne soirée tout de même avant 4 heure, on avait bien bu et bien rigolé et ça commençait bien dans les préliminaires. Puis après le drame, on a dormi, chacun de notre côté et j’ai rêvé de lui. C’était un rêve génial mais quand je me suis réveillée, la complicité qu’on avait dans le songe s’était envolée. On s’est réconcilié mais je ne veux pas que ça se reproduise.

10 mars : C’est triste à dire (ou pas) mais je sais pertinemment que cette histoire avec mon Romy ne durera pas et qu’il n’est pas l’homme de ma vie. Je ne veux plus m’aveugler stupidement comme  il y a  3-4 mois juste pour être « en couple ». Romain se rapproche beaucoup plus d’un idéal mais je sais que ce n’est pas lui. Je l’ai su dès les premières secondes comme pour mes ex. Mais là je fais pire que dans mes anciennes relations parce que je n’arrête pas de lui dire que je l’aime et même si c’est le cas,  lui, ne me le dit pas autant que moi. J’ai l’impression d’avoir échangé les rôles. Au début, je disais que je pouvais parler de tout avec lui, mais c’était que des conneries et des blagues sur les juifs. Pourtant dès qu’il s’agit de sujet sérieux comme le mariage ou la spiritualité, là ça ne va plus. Je ne peux tout simplement pas passer ma vie avec quelqu’un qui ne croit pas en Dieu. Mon Tout, l’Être que j’aime le plus au monde. Et puis on s’est rencontré sur internet. Je voulais vaincre mes préjugés, pas y trouver l’âme s

œur. Ça nous rend tellement stupide. Être dans une relation amoureuse aujourd’hui c’est faire un concours de perfection. Hop là cette personne a tel ou tel défaut, on change de partenaire ! Et oui on ne se marie plus avec son voisin ! Mais bon j’ai 18 ans et je ne veux pas me mettre la pression pour rien. J’ai envie d’être en mode automatique. J’ai envie de profiter des richesses de la vie, du fait d’être amoureuse, même si ça ne dure pas.  

Nuit du 15 mars : Je reviens de ma petite soirée avec mon Romy d’amour, vraiment je l’adore. Il est tellement vrai et sincère quand on est ensemble. Et moi aussi je suis sincère en amour, pour la première fois. Je me sens très épanouie dans cette relation. J’aime sa nonchalance et sa folie. Il ne me vend pas du rêve ou des projets d’avenirs à la con comme tous les autres. Mon Romy il me l’offre le rêve, sur un plateau, à chacune de nos sorties ! J’aime me promener dans Paris avec lui, marcher sans savoir où aller, en passant devant des tas de bars et quand il me dit « Et si on entrait ». C’est l’aventure tout le temps ! Il n’y a que lui pour me parler assis par terre dans le métro en fumant sa cigarette. Aujourd’hui je l’ai emmené au Midnight, dans ma boite préféré et je n’y ai jamais été aussi bien. Puis on a bu une bière dans un café à côté, sur une banquette, j’aime être sur une banquette près de lui.

Nuit du 16 mars : Woooo ! Vida loca ! Vida loca ! Hè mais mon Romy c’est un fou, comme moi ! Pour résumer ma soirée :

1)         Nous sommes allés à l’église de scientologie ! Eh bien voilà une secte dont je ne risque pas de devenir membre. Pendant la projection du film de propagande, on était que tous les deux alors on a fait plein de câlins et plein de bisous !!! Après il y a un mec qui a pris mon Romy à part et une femme qui voulait que moi je la suive. Elle faisait tout pour que je déprime celle-là ! A me parler de mon père, de ma famille…Mais je n’avais pas la tête à ça. Je pensais tout le temps à Romain et c’est en lui répondant que je me suis rendu compte à quel point j’étais heureuse. Genre la meuf elle croyait même pas en Dieu, nan mais j’hallucine,  quelle secte en carton !

2)                 Mon Romy et moi on marchait dans la rue, on faisait les foufous et là on a rattrapé une porte avant qu’elle ne se referme. On est rentré dans une putain de résidence de riches. On est monté jusqu’au dernier étage. Là, on découvre trois trottinettes, on choppe la plus petite et on se casse avec ! Mon Robinou déballe la rue dessus jusqu’au Sacré C

œur. Qu’est-ce que je l’aime, il me fait trop rire. Je ne peux plus vivre sans lui. En plus d’être mon chéri d’amour que j’aime, il est aussi devenu mon meilleur ami. Bref, on a foutu la trottinette dans un buisson.

3)                 On est allé au KFC, c’était dégueulasse.

4)                 On a bu dans un bar, comme d’habitude.

5) On est rentré et on a fait l’amour.

 Il dort. L’alcool ne fait effet que maintenant.

Nuit du 18 mars : Alors alors comment va la vie ? Eh bien je suis très fatiguée, je suis rentrée chez moi à 9h30 pour partir travailler une heure plus tard. Bon je vais raconter ma soirée d’hier. Déjà ça a très mal commencé. J’avais décidé de l’emmener dans mon cinéma habituel, mais je regrette parce qu’en général je n’aime pas quand deux univers s’entrecroisent, comme deux vies totalement différentes. Pourtant Romy m’a déjà raccompagné jusqu’à ma porte, c’est vraiment étrange en y repensant. Bref on a eu une dispute concernant la spiritualité. Mais dès qu’on a quitté mon monde pour venir sur Paris, là je me suis sentie plus à l’aise. Chaque chose était à sa place. On est allé dans un bar. Dans combien de bars en tout sommes-nous allé ? Plus d’une dizaine ça c’est sûr ! Puis on est revenu au sujet qui fâche, mais on s’est mis d’accord et on a très bien parlé. Ensuite on est allé chez lui, on s’est amusé et on a dormi. Je fais toujours des rêves de dingues dans son lit. Mais c’est vrai qu’on ne dort jamais longtemps, vu qu’on rentre tard, qu’on fait des câlins durant des heures et que le réveil sonne assez tôt. J’adore la vue qu’il a de la Tour Eiffel. C’est la relation la plus sérieuse que j’ai jamais eu, mais je n’arrive pas à lui faire confiance.  Et surtout je n’ai pas confiance en moi. Je sais que tout ça vient de mes échecs sentimentaux qui se sont enchainés les uns après les autres pendant 4 ans. C’est très frustrant. J’aime sincèrement mon Romy, mais je n’arrive pas à être moi-même quand je suis avec lui. Je suis troublée. Je me sens encore dans la séduction, je n’ai l’impression que cette relation a de quoi se stabiliser. Non je n’ai pas l’intention de le tromper et il me manque. Je cherche tellement à lui plaire. Et il n’apprécie même pas mes efforts. Je ne sais pas quel genre de femme j’ai envie d’être pour lui.

19 mars : Hier soir, j’ai encore fait une crise d’angoisse et j’ai cherché à me disputer avec mon Romain. Non ses taquineries ne me gênent pas plus que ça, je préfère ça à un mec soumis comme mon ex. Je ne veux pas d’un homme à mes pieds, mais j’essaye tellement d’être parfaite. La seule idée qu’il puisse trouver une autre fille mieux que moi, me donne juste envie de me pendre. Je regrette d’avoir avoué cette faille à mon Romy d’amour. J’ai du mal à être moi-même avec lui, et c’est dans ces moment-là que je me sens le plus imparfaite. Mais il y a aussi le fantôme de mes relations passés qui vient me hanter quand je suis à ses côtés et il est encore plus présent quand je suis loin de lui. Ma vie a changé depuis et je n’ai pas su m’adapter. J’ai envie de me dire : « Je suis devenu celle que j’ai toujours voulu être ». Peut-être devrais-je essayé d’être parfaite dans ma relation amoureuse, dans mon couple ? Et fermer ma grande gueule. J’ai si peur…Peur de le perdre, peur de me perdre. Je ne comprends pas pourquoi je me prive d’être heureuse à ce point. Je n’arrive toujours pas à vivre dans le moment présent. Je vis sois dans le passé, sois dans le futur, deux choses qui n’existent pas. Putain de corps de douleur ! Putain d’ego ! Et la météo ne risque pas d’arranger mon humeur.

Nuit du 22 mars : Bon j’suis bourrée mais j’vais parler un peu quand même ! Il n’est que 22h et je suis déjà loin de mon cas social de copain que j’aime. Je me demande si on sortira un jour sans boire. Hier soir aussi comment on était déchirés au resto chinois !

Nuit du 23 mars : Je n’arrête pas de penser au pire. J’ai besoin d’avoir une discussion avec Romy à propos de tout ça. J’en ai marre de lui réclamer ce que j’ai envie d’entendre. Pourquoi n’avait-il pas envie de me dire qu’il m’aime ? C’est exactement ce que je vais lui demander demain soir. Mais je ne sais pas si je vais faire le premier pas. J’aimerais penser que je l’aime, mais en ce moment je le déteste. Et j’ai envie de pleurer. Je déteste me coucher avec le c

œur gros. En même temps, je suis comme ça à chaque fois qu’on ne se voit pas. Peut-être qu’avec moi c’est loin des yeux, loin du cœur.  En deux ans je n’ai pas changé d’avis, je déteste parler par texto. Avec tous ces quiproquos, c’est insupportable.  Mais je suis une fille fragile qui a besoin d’être rassurée. Sachant bien que tout peut basculer d’un jour à l’autre. Je le hais de me faire ça. En tout cas ce n’est pas avec cette attitude là qu’il réussira à me mettre plus en confiance. Et puis merde ça fait vraiment chier les disputes de couple.

24 mars : Je déprime parce que mon Romy ne me répond toujours pas. J’aime le changement mais lui je ne veux pas le changer. De tous les prétendants que j’ai eus le mois dernier, il a été mon chouchou et il l’est toujours. Je l’aime vraiment et je ne veux pas le perdre à cause de ma mauvaise humeur. De toute façon je le vois ce soir. Un jour sans le voir et voilà que je pète déjà un câble. J’en ai marre de moi. Il faut vraiment que j’accepte l’imperfection dans mon couple. Avec mes anciennes relations je devrais le savoir tout de même ! Aucun couple n’est parfait, même et surtout ceux qui prétendent le contraire. Je suis déçue, j’ai de la peine, je suis en colère, j’enrage, je m’en prends à mon Seigneur, tout ça parce qu’on m’a implanté une utopie à la con dans la tête. Toute cette attente est irréaliste. Je ne peux plus continuer à être comme ça avec mon homme et avec moi-même.

Nuit du 26 mars : Oh mon Dieu quel week end ! Déjà depuis la dernière fois, tout va très bien avec mon Romain. Même si j’ai encore quelques doutes sur certaines choses. On s’est vu très vite vendredi soir et c’était très bien. Samedi soir on a dormi ensemble, c’est vraiment de plus en plus chaud.

Nuit du 27 mars : Bon je reviens de mon petit tête à tête avec mon chéri, j’suis un peu pompette, je préviens hein ! Bah c’était super ! Au début c’était la déprime, j’ai même failli pleurer. Je lui reprochai de ne plus m’envoyer autant de message qu’avant. C’est quand même par message que je suis tombée amoureuse de lui ! Mais je l’aime encore plus aujourd’hui qu’au début. Il m’a dit que quand je n’étais pas là eh bien il ne pensait pas tout le temps à moi et qu’il avait même la flemme de me parler. Je l’ai boudé pour ce qu’il a dit, mais la vérité c’est que pour moi c’est la même chose. Il y a des fois où j’ai clairement pas envie et pas le temps de lui parler et voilà c’est comme ça. Mais à la fin on était tellement bien. Je sais parfaitement qu’il m’aime, je le vois très bien. Il a besoin de son espace et j’ai encore plus besoin du miens ! Quand je fais une crise d’angoisse, toute seule, devant mon téléphone à attendre son message, j’ai l’air d’une vraie gamine. Y’en a marre des « On doit faire ça parce qu’on est ‘en couple’ blablabla » ! Ah non ça suffit ! Dans ma tête il est déjà hors de question de voir un autre mec que lui et je sais que dans la sienne, c’est la même. Ok il ne pense ni au mariage, ni aux gosses avec moi et HALLELUJAH !!! Mais moi aussi j’m’en fiche et venant de lui, je sais que c’est pas un manque de respect envers moi.

31 mars : Je suis rentrée de ma soirée et c’était juste trop bien. Franchement, j’avais trop besoin de ça après la journée d’hier qui n’a servi à rien, à part me déprimer. Je n’avais même pas envie d’y aller, parce que je voulais juste être avec mon Romy. Mais les gens là, ses collègues de travail, ils sont vraiment cools, je me suis très vite sentie à l’aise. J’ai bien parlé, j’ai bien rigolé, j’ai bien bu. Après le bar, à minuit, nous sommes allés (moi, Robinou, son pote Nico et un espagnol) à la Motte-Piquet Grenelle pour manger des crêpes. Puis on s’est retrouvé dans un autre bar. A 2h du matin, je suis rentré chez mon chéri. J’adore les moments que je passe avec lui. J’étais vraiment dans le moment présent et ça c’était merveilleux. Je suis très heureuse et je n’oublierai jamais cette soirée-là, je revois encore la Tour Eiffel s’illuminer à 100 m de moi avec mon chéri dans les bras, passant là par hasard. Magique ! J’adore Paris  Mais là je pense à tout ce qui me reste à vivre avec lui, c’est comme un rêve qui se réalise : vivre des moments incroyablement vibrants dans la plus belle ville du monde avec l’homme dont je suis réellement amoureuse.

1er avril 2013 : je viens d’acheter un test de grossesse. Non ce n’est pas un poisson d’avril. Je me fais sûrement un film mental, mais j’ai comme un mauvais pressentiment depuis hier soir. J’ai des douleurs au bas-ventre. Si je suis enceinte, je dois avorter. Seigneur, je ne m’en remettrais jamais. Mes peurs me traumatisent déjà. J’aimerais qu’on me tue en même temps que mon bébé. Mais c’est pour son bien, c’est mon devoir de maman. Lui qui n’aura jamais demandé à vivre, il va se retrouver avec une mère à peine majeure, qui travaille au smic et mon connard de bon à rien de copain comme père. Je ne me sens pas bien, j’ai du mal à marcher. Je suis persuadée d’être tombée enceinte ! Oh mon Dieu, mais avant de faire ce test, je vais devoir attendre deux semaines, attendre l’arrivée de mes règles. Deux semaines… Deux semaines à m’inquiéter de la suite de ma vie. Je sais que quelque chose s’est brisé avec Romain.

2 avril 2013 : Romain me répond à peine et avec mépris. Et là il ne me répond même plus. Peut être dort-il toujours. On ne se verra pas aujourd’hui et à mon avis, on ne se verra pas demain non plus. Notre couple va mal et il ne sait même pas que j’angoisse. Quel égoïste. Je ne sais pas si je suis enceinte, mais je ressens encore d’étranges douleurs. Je suis pressée que cette histoire de grossesse se termine pour pouvoir reprendre une vie « normale ».

3 avril 2013 : Romain m’a envoyé un message pour me dire qu’il était fatigué de notre relation et qu’il ne voulait plus qu’on soit ensemble parce qu’il en a marre de mes reproches. Je sais qu’il n’est pas prêt à être en couple, à cause de son histoire de deux ans qui s’est mal passée et terminée il y a peu. Demain on se voit pour en discuter tranquillement. A mon avis ça se terminera bien. A vrai dire, j’ai passé un week end très bizarre. J’ai plus pensé à mon éventuelle grossesse qu’à notre couple. Moi aussi pendant ces deux jours je me suis déconnectée de lui. Mais je sais que tout se passera bien demain. Je ne veux pas avoir une relation de couple aussi compliquée par ma faute.

Je me demande comment les autres font pour que ça dure. Il faut vraiment que je prépare ce que je vais lui dire demain. Il faut que je sois parfaite de la tête aux pieds. Je ferais n’importe quoi pour qu’il m’aime encore. On vit dans un monde de consommation et ça se répercute sur nos histoires d’amour. Dès qu’on a fini de se servir de notre partenaire, on le jette et on en prend un autre. C’est si triste.  Je ne veux pas que cette histoire s’arrête, je dis au destin qui me prend ma relation dès qu’elle commence à prospérer, c’est toujours comme ça, et ça suffit.

Nuit du 4 avril: Je ne sais pas vraiment ce que je veux mais je sais que je ne veux pas le perdre. Il a bien fait de dire Stop, de me faire fermer un peu ma gueule là. J’ai été tellement méchante et intolérante avec lui et pourtant je savais qu’il n’avait pas plus que ça envie d’être en couple. Je ne sais pas ce qui m’a pris. Au début je voulais juste kiffer un peu ma vie avec un mec en or. Et puis je suis devenu insatisfaite. Il m’en fallait plus ! Tout ça à cause d’un mythe sur ce que doit être un couple. Putain j’en ai vraiment marre de ces conneries. Je crois au destin et pourtant je ne crois plus aux âmes s

œurs. Non moi je ne trouve pas que c’est compatible. Peut-être que chaque destin est personnel et individuel, qu’il nous lie à certaines personnes qui elles-mêmes ont un destin bien différents du notre. Je ne pense pas qu’il n’y ait qu’une seule et unique personne qui nous soit destinée. C’est à se pendre ! Les étoiles qui nous observent et retiennent leur souffle à la croisée de nos chemins se ferait bien chier si c’était le cas ! S’il fallait attendre que l’âme sœur frappe à notre porte ! Si mon « âme sœur » frappait à la mienne en cet instant je la lui claquerais au nez vite fait bien fait à ma manière : « Quoi ? Qu’est-ce qu’y a ? Baisse les yeux ! Tu veux quoi ? Aller reste en chien ! » Et vlan ! Et vas-y que j’te crache à la gueule âme sœur de mon cul ! Ah oui je m’en fous si mon couple est imparfait parce qu’il se trouve que je suis amoureuse. J’aime mon Romy !

Aucun couple dans l’histoire des couples du monde entier et de toutes les époques n’était parfait. Mais l’enculé qui nous a mis cette idée d’âme s

œur dans la tête j’ai juste deux mots pour lui: Get Sida ! A cause de lui je dois supporter de la bouche de toutes ces connasses : »Olala comment c’est trop l’homme de ma vie, on est trop pareil, j’en reviens pas, j’ai trop de chance putain, nan mais allo quoi, j’ai trouvé mon âme sœur quoi (et pas toi) »! Parce qu’on compare toujours son bonheur à celui des autres qui nous vendent le leur juste par vanité, parce que eux-mêmes sont jaloux du bonheur d’un autre. L’herbe sera toujours plus verte ailleurs. Mon  Romy et moi ne sommes pas une seule et même personne et c’est tant mieux. Pourtant ces derniers jours sans lui et sans son amour ont été terribles. Je me suis sentie vide et incomplète. Il n’est peut-être pas ma moitié mais il fait partie de moi.

Cette histoire durera le temps qu’il lui faudra pour s’essouffler. Mais l’heure n’a pas encore sonnée, la fleur ne s’est pas encore fanée, la flamme ne s’est pas encore éteinte.

Cependant, je ne veux plus me faire de mal par amour, je ne veux plus pleurer, je ne veux plus me fatiguer à courir après des choses dont je n’ai même pas besoin.

Ce premier mois à nous découvrir fut très compliqué. Comment faire quand un être nouveau prend tout à coup autant de poids dans notre vie ? On n’est pas toujours préparé. Je ne ferais pas les mêmes erreurs, j’en ferais d’autres, mais maintenant je ne veux rien d’autre que de savoir qu’il est toujours avec moi.

5 avril 2013 : Je reviens de chez le médecin, d’après lui, il y a peu de chance que je sois enceinte. Mes maux de ventre sont peut-être juste une intoxication alimentaire ou des symptômes prémenstruels. Mais si je suis enceinte, j’accepte le problème, je le résous, pas besoin de tout le pathos autour de ça. Je n’ai plus peur d’avorter. J’ai retrouvé mon chéri et c’est génial. Je me sens tellement mieux. Le moral est là et ça c’est cool.

11 avril : Eh bien depuis le début du mois, on ne peut pas dire que je pète la forme. Je suis encore plus malade qu’il y a une semaine. Je suis carrément fiévreuse. Tellement qu’aujourd’hui je ne suis pas allée au travail. C’est mieux comme ça, il faut dire qu’à cause de mon état, je n’arrivais plus à assurer. Je retourne chez le médecin demain, le même que la semaine dernière. Pas besoin de lui réexpliquer mon cas comme ça ! Je trouve que j’ai beaucoup de symptômes de grossesse, ça fait trop de coïncidences pour en être. J’ai pris du recul par rapport à ça. J’en ai marre de faire des mélodrames. J’en ai marre de vouloir faire pleurer dans les chaumières. Si je suis enceinte, j’avorte. Point à la ligne. Pas besoin d’en faire des tonnes. J’assumerai toute ma vie quoi qu’il arrive. J’espère toujours ne pas être enceinte et que tout ça n’est qu’un gros virus.

Hier mon Romain est rentré de sa campagne et qu’est-ce qu’on était bien. Mais je ne sais quand je le reverrais, je n’avais bien sûr pas prévu de tomber malade à ce point.  Ca fait une semaine qu’on s’est réconciliés et depuis j’essaye d’être moins prise de tête, je suis consciente de la chance que j’ai qu’il soit là.

15 avril : Ce matin, alors que j’étais encore chez mon copain, j’ai eu mes règles. Je ne suis pas enceinte. Oh mon Dieu tout ce film que je me suis fait, toutes ces remises en questions  durant plus de deux semaines. Je ne vais pas avorter ! Parfois quand je repense à ma rupture de très courte durée avec Romain, je suis triste. Je vois bien qu’il ne veut pas plus que ça être en couple et qu’il ne se remet pas d’avoir perdu deux ans de sa jeune vie avec une femme qu’il n’aimait même pas. Et moi je me demande si je suis prête à m’investir dans une vraie histoire sérieuse. J’ai tellement eu peur d’être tombée enceinte.

16 avril : Clairement pas grand-chose ne va dans mon couple. J’ai pas plus que ça envie de me poser, j’ai même pas 20 ans. Mais je trouve que mon Romy me délaisse trop. Je crois que ça lui fait chier que je l’aime. J’y peux rien moi !

J’ai du mal à réaliser que tout va bien et que je n’ai jamais eu de bébé en moi. J’y ai tellement cru. Pourtant, je ne me sens pas soulagée. J’ai ouvert les yeux sur la réalité de mon couple et je suis désenchantée.

24 avril : Peut-être que je devrais être satisfaite d’avoir Romy, malgré notre absence de communication ces derniers temps. Ça me fait souffrir d’attendre ses messages, sachant qu’il ne m’en enverra pas. Je ne peux pas m’empêcher de penser que je mérite mieux. Je sors avec un homme de cinq ans mon aîné, pourtant il se comporte comme un ado débile de mon âge. Je ne sais plus quoi faire, mais j’aimerais changer de copain. C’est dit ! Il n’a rien fait de mal, mais j’ai l’impression qu’il n’est plus le même garçon qu’au début. Il est moins foufou et moins attentionné. Qui est-il ? On dirait un vrai zombie !

Je le vois demain et je sais qu’une fois avec lui, je me sentirais bien.

27 avril : Romy est très triste, il a plein de problèmes. J’ai franchement pas envie de l’emmerder dans ce moment de sa vie. S’il est plus aussi cool qu’avant, ce n’est pas sans raison, mais ce n’est pas à cause de moi non plus. Voilà, même si c’est pas pour la vie, pour l’instant c’est mon couple  et j’y tiens. Je ne m’imagine pas la vie sans lui. Je vais rester patiente. Je vais prendre soin de lui, en tant que copine et aussi en tant qu’amie. Je serais là pour lui, je ferais n’importe quoi  et tant pis si, comme toujours, je n’ai aucun retour.

3 mai : Je me sens très malheureuse en amour. C’est faux, je ne m’en fiche pas de ne pas trouver l’âme-s

œur. Là, j’ai juste envie que tous les couples se séparent. Surtout ceux de mon âge et de  mon entourage pour me prouver que j’ai encore le temps. Peut-être me donnera-t-il plus d’affections quand il sera en vacance. Je ne suis pas certaine de pouvoir attendre. Je suis réellement tombée amoureuse de lui, mais là je ne sais plus où j’en suis. Je ne sais même pas si j’ai envie d’entamer une nouvelle histoire, je suis fatiguée de tout ça. Cette histoire n’avait pas d’avenir depuis le début, mais je ne voulais pas penser à l’avenir. Aujourd’hui, j’ai le devoir d’y penser.

Savoir rompre est une force.

5 mai : Non on ne s’est pas séparé, on est toujours ensemble. Je lui ai dit que j’avais pensé à le tromper et ça lui a fait de la peine. Maintenant je regrette. Je pensais qu’il n’en avait plus rien à foutre de nous et de moi, mais il m’a assuré que ce n’était qu’une phase. En pleine période d’examen, il a le spleen et il n’a pas besoin d’une emmerdeuse comme moi. C’est vrai que je me suis sentie délaissée, mais il y a beaucoup de choses que je n’avais pas comprises. On a vraiment bien parlé. Je lui ai avoué que j’avais eu peur d’être tombée enceinte il y a un mois. Il m’a dit qu’il aurait préféré que j’avorte mais qu’il aurait été aussi malheureux que moi. Pour l’instant je l’aime, je veux le garder, peu importe les autres poissons dans l’océan. Mais je crois que j’ai moins peur de le perdre. C’est pas grave d’être célibataire, ça veut pas dire qu’on est un raté, il y a pleins de ratés qui sont en couple.

11 mai : Il est  à peine 21h30 et je reviens de l’une des pires soirées passées avec mon Romy. Je ne sais même pas si je peux encore l’appeler comme ça. Déjà, ça commençait mal, il était super fatigué parce qu’il n’avait pas arrêté de faire la fête cette semaine. Je croyais qu’il était en pleine période d’examen, mais bon. Ca fait une semaine qu’on ne s’est pas vu et il n’est même pas capable d’être en forme pour moi ! Pour moi ? Mais il ne me doit rien et moi non plus d’ailleurs, qu’est-ce qui nous lie ? L’amour ? Pff la bonne blague.  Je lui ai dit que je ne voulais même pas dormir avec lui ce soir. J’en ai marre de me sentir obligée. On s’est disputé dans le restaurant, dans la rue, dans le métro. On s’est quitté vraiment brutalement.  Je lui tenais le bras et il a voulu se défaire de ma main. Alors je l’ai lâché. J’ai lâché prise. J’ai crié que je m’en battais les couilles de lui. C’est peut-être le moment où j’ai été le plus moi-même de la soirée.

Je me sens tellement malheureuse.

16 mai : Je lui ai téléphoné, il m’a dit que cette relation l’étouffait, qu’il ne voulait pas être en couple et encore moins avec moi. Je crois que je le hais et je sais que tous nos problèmes venaient de lui. Pour lui, j’ai sacrifié ma vie sociale et familiale. Aujourd’hui je me retrouve seule, je suis très malheureuse et je n’ai personne pour me consoler.

20 mai :

J’ai l’impression que c’est de plus en plus dur.

Je ne pensais pas qu’on pouvait à ce point ressentir physiquement l’absence. Je pleure tout le temps, et j’ai vraiment l’impression qu’il me manque une partie de moi-même. Plus les jours passent, plus il me manque. Je me sens seule et abandonnée. Je me sens vide. Je n’arrête pas de penser à lui. Je réfléchis des heures à ce qu’il m’a dit au moment de la séparation, et j’ai l’impression qu’il manque une pièce du puzzle, que la situation n’est pas logique. Je m’endors en pensant à lui, je me réveille en pensant à lui, et mes journées sont rythmées par l’attente d’un SMS, d’un coup de fil, d’un mail… Et rien. Rien.

25 mai : J’ai un peu retrouvé ma vie sociale, je m’ouvre plus à mes collègues et ça me fait du bien. J’étais tellement dans ma bulle avec mon ex. Mon ex, déjà. On me dit que c’est cool le célibat, je ne sais pas. C’est vrai que je ne me vois pas retourner avec quelqu’un tout de suite. J’espère quand même qu’il ne m’a pas déjà oublié. Notre histoire a été chaotique.  Mais toutes mes histoires se termine de la même façon, je me remets en question. C’est un échec de plus, une humiliation de plus. Je n’aurais pas dû m’attacher autant, je le regrette. On était tellement complice au début, que s’est-il passé ? Je ne sais que je n’arriverais pas à l’oublier tout de suite et que le seul moyen d’y arriver et de sortir avec un autre, mais je n’ai plus la force pour ça.

30 mai : Je suis choquée, éc

œurée. Je suis au bout de ma vie, j’ai envie de mourir. Je n’en peux plus, je souffre tellement ! Il est à nouveau en couple ! Il a déjà une nouvelle copine ! Lui qui m’a dit qu’il voulait être célibataire et profiter ! Quel cauchemar, je suis en plein cauchemar. Comment peut-on me faire autant de mal et avoir droit au bonheur ! C’est qui cette fille putain ! D’où elle sort ! Deux semaines ! Ça fait deux semaines qu’on est séparés pour des raisons d’engagements et lui, il se remet en couple ? Mais quel connard, je le souhaite d’être l’homme le plus malheureux du monde avec son laideron ! Et à elle, je lui souhaite bien du plaisir avec cet enfoiré, le pire mec au monde. Je crois que je vais perdre connaissance.  Il a gagné, j’ai perdu. J’ai tout perdu. J’ai le cœur brisé. Je suis quoi moi après ça ? Comment je peux me remettre de ça ?

4 juin : La vérité, je m’en fiche. Je me suis vraiment amusée avec mes collègues ce soir, je retrouve goût à la vie. Je vais régler cette histoire avec Romain ici : Ouais ça me blesse dans mon ego qu’il ait tourné la page aussi vite et surtout plus vite que moi. C’est étonnant venant de lui, mais je trouve qu’ils forment un couple plus « cohérent » que pouvait être le nôtre. Il est moche, elle est moche, il est très ordinaire, elle l’est encore plus.

J’ai passé des jours et des nuits à essayer de comprendre pourquoi il m’avait quittée, surtout maintenant que je sais qu’ils ne m’avaient pas donné les vrais raisons. Mais il fallait bien que ça se termine un jour. Tout le monde a déjà eu le c

œur brisé, c’est comme ça.

Je ne suis plus vraiment en colère contre lui, peut-être avait-il tort ou raison, qu’est-ce que ça change. C’est terminé et je ne peux plus rien y faire. La vie a probablement mieux à m’offrir. Je reviens de loin. Un jour, je rencontrerai un homme vraiment fait pour moi. Il suffit de garder la foi.

InstagramCapture_5a512b7c-ec79-4252-8b67-165266026a36

  • the_true_cost_documentary_jpg_662x0_q70_crop-scale

    H&M NOT conscious (boycott)

      La marque H&M se dit « consciente » de l’environnem…
  • DSCN4110oooo

    Les enfants de Satan

    Il était une fois, un village paisible et serein Bouleversé par l’arrivée d’un…
  • 13 en vente sur Amazon

    Mon recueil de nouvelles inédites est maintenant en vente sur Amazon!   13 nouvelles horri…
Charger d'autres articles liés
  • the_true_cost_documentary_jpg_662x0_q70_crop-scale

    H&M NOT conscious (boycott)

      La marque H&M se dit « consciente » de l’environnem…
  • DSCN4110oooo

    Les enfants de Satan

    Il était une fois, un village paisible et serein Bouleversé par l’arrivée d’un…
  • 13 en vente sur Amazon

    Mon recueil de nouvelles inédites est maintenant en vente sur Amazon!   13 nouvelles horri…
Charger d'autres écrits par Ovnipresent
  • the_true_cost_documentary_jpg_662x0_q70_crop-scale

    H&M NOT conscious (boycott)

      La marque H&M se dit « consciente » de l’environnem…
  • DSCN4110oooo

    Les enfants de Satan

    Il était une fois, un village paisible et serein Bouleversé par l’arrivée d’un…
  • 13 en vente sur Amazon

    Mon recueil de nouvelles inédites est maintenant en vente sur Amazon!   13 nouvelles horri…
Charger d'autres écrits dans Non classé

Laisser un commentaire

Consulter aussi

H&M NOT conscious (boycott)

  La marque H&M se dit « consciente » de l’environnem…