Accueil Non classé La vengeance

La vengeance

0
0
30

Johan avait prévu un dîner romantique dans son appartement pour sa ravissante copine,  Elise. Il rêvait de la voir emménager chez lui. Lui qui avait tout réussi dans sa carrière, il ne lui manquait plus qu’une famille et un foyer heureux . Il le savait, Elise était la clef de voûte de son rêve ultime. La  veille, il avait acheté une bague, symbole universel d’amour prospère. Il était temps de marquer l’histoire.

Lorsqu’Elise passa la porte d’entrée, Jules lui trouva l’air boudeur.

-Ca ne va pas bébé?

-Si, si je suis un peu fatiguée, lui répondit Elise en soupirant.

-Oui assieds toi, je m’occupe de tout, je nous ait fait du poulet au curry  vert avec des pâtes, celles que tu préfère, les sapghettis plats et…

-Pas trop épicé j’espère!

-Mais tu aimes quand c’est épicé d’habitude !

-Ouais mais là ça me donne carrément la gerbe!

-Elise, ça va?

-J’ai un truc à te  dire, c’est important.

-T’es enceinte?

Elise se tut un moment. Elle respira profondément et répondit un simple « Oui ».

-Mais c’est génial! Woaw, pourquoi tu fais cette tête là, tu sais que je rêve de fonder une famille avec toi, je suis prêt, totallement prêt et…

-Ta gueule putain, il est pas de toi!

Johan béguailla, choqué.

-Qu…Quoi ?

-Je suis enceinte d’un autre homme.

-Quoi? Tu m’as trompé?… Et qu’est-ce qui te dit qu’il n’est pas de moi?

-On avait des rapports protégés, et jamais pendant ma période d’ovulation.

-Mais tu sais, je suis prêt à tout  pour  toi, je l’élèverais comme si c’était le miens!

-Quoi? Johan, je suis enceinte d’un autre et je l’aime. Je suis amoureuse de lui. Je t’aime beaucoup, enfin je t’aime bien, mais je suis amoureuse de lui!

Johan avait chaud, sa vision se brouilla, il ne savait plus quoi répondre, plus quoi faire. Il s’effondra au sol et prit sa tête entre ses mains.

-Johan vraiment je suis désolée…
-Non tu ne l’es pas, salope!

-Quoi?

-Dégage, dégage, sale pute, salope!

-Comme tu veux!

-Je te maudit toi et ton bébé!

Elise claqua la porte. Johan, toujours allongé sur le sol, murmurait sans s’arrêter le mot « salope ».

Johan était assis au bar, quatre verres vides devant lui, il tenait un verre plein. Il le siffa d’un coup et le posa avec les quatre autres.

Un homme, éméché également, s’approcha de Johan et  s’assit à côté de lui.

- Hè mec, ça fait archi longtemps qu’on t’a pas vu ici, tu te souviens de moi?

-Nan.

-Oh mais si, regarde moi, Rudy ! Rudy!

-Ouais, peut-être, je m’en fout.

-Bah alors qu’est-ce que tu racontes de beau ?

-Connard, si je suis ici à m’enfiler des shots, c’est qu’il y a rien de beau dans ma vie !

-Ok man, t’aurais pu aussi fêter un truc, enfin je dis ça je dis rien.

-J’aurais du fêter mes fiançailles ce soir.

- Nan sérieux tu vas te marier ?

-Bah non ducon ! Elle m’a planté en m’avouant qu’elle était enceinte d’un autre mec, putain j’ai vraiment une vie de merde !

-Mais arrête, regarde le bon côté des choses, t’aurais pu l’épouser et te rendre compte après que c’était une salope !

-Ma vie est fichue…

-Arrête tes conneries, une meuf de perdu, dix potes de retrouvés ! Hè c’est aujourd’hui que ta vie commence mon frère!

-Ouais mon cul. Bon vas y raconte moi ta vie, dis moi que c’est bien de la merde aussi et qu’il n’y a d’espoir pour personne!

-Ah oui l’espoir est mort, moi aussi je me suis fait jeter, mec.

-Sérieux? Ouais je crois que je me rappelle de toi, t’étais toujours avec une blonde!

-Ouais bah c’est elle. Elle trouvait que je devenais alcoolique ! Mais les meufs elles sont trop connes pour comprendre que sans la tise, on se serait déjà tiré une balle à écouter leurs problèmes de princesse nymphomane.

-Ouais toutes des putes.

-Ouais toutes des putes, mon frère, allé à la tienne !

-Hè Rudy, je crois que ça me fait rien la boisson.

-Ah ouais, vas-y reprend un verre.

Johan bu une autre gorgée de scotch, laissant la moitié dégouliner de sa bouche.

-Et là Jo, ça te fait quoi ?

- Bah nan rien ! J’enquille les verres mais ça marche pas ! Putain la déprime ! Hè t’as pas changé de place ?

-Nan man.

-Et tu bouge la tête, pourquoi tu fais ça ?

-Mais je bouge pas man, putain t’es raide.

-Pff nan, j’suis clean, wallah !

-Ah ouais tu me jures t’es pas pété ?

-Nan j’pourrais boire toute la night tranquilou !

-Je te mets au défi d’en boire plus que moi. Je vais t’écraser mec.

-Barman!! Deux bouteilles!

-On va voir qui termine le premier.

En se regardant, Johan et Rudy trinquèrent. Chacunes des bouteilles furent rapidement à moitié vide. Ils rigolèrent en coeur. Johan regarda Rudy d’un air mélancolique.

-Mec, les meufs maintenant, it’s finish! Toutes des putes !! C’est moi qui te l’dis ! T’es un mec bien, t’ mérites pas une salope comme elle et moi non plus !

Johan se resserra et siffla un autre verre, il regarda Rudy avant de trinquer, ses pupilles se dilatèrent.

-J’ai une putain d’idée ! Viens !!

Johan attrapa Rudy par le bras, sa veste dans l’autre, ils partèrent précipitamment du bar.

-Magne toi on se tire ! cria Johan.

-Oh putain le gros malade !

Johan et Rudy furent vite à bout de souffle. Ils ne marchaient pas droit et Rudy tomba le premier, il se roula sur le béton dans une rue totallement déserte. Johan lui tendit la main pour le relever.

-Mec on n’a rien payé ahaha! dit Johan en pouffant de rire. J’t’aime trop toi! Je t’aime plus que l’autre salope ! Toi tu me tromperas jamais ! Ah non, parce que toi t’es un pote, un vrai. Aller viens

-Mais on va où?

-Tu vas voir !

Johan se réveilla dans son lit. Il se dirigea dans la salle de bain. Il sentait un terrible mal de crâne. Il se passa de l’eau sur le visage, lèva la tête et vit Rudy dans le reflet du miroir, ses valises aux pieds. Il sursauta, les yeux écarquillés, il tenta de se remémorer la veille. Tout lui revint en mémoire: la rupture, le bar, les rires, le notaire…

Johan se mit à courir à travers l’appartement. Il posa un tas de vêtements sur son lit et fouilla les poches. Il y trouva le contrat. Il le lit, se retourna et vit Rudy installant ses affaires, commançant par mettre sa brosse à dent à côté de celle de Johan.

Dépité, Johan s’approcha doucement de Rudy

- Euh … Excuse-moi, je pense qu’il y a un malentendu … Je, je … euh enfin, hier, on a trop bu…

-Haha t’es trop marrant mec ! dit Rudy.  Ah ouais je te jure t’es trop énorme !  Hier on a vraiment passé une putain de soirée, c’était trop cool ! Encore MERCI j’en reviens toujours pas c’est de la pure folie ! J’ai jamais rencontré quelqu’un d’aussi généreux ! C’est comme si t’étais tombé du ciel !

Rudy prit Johan dans ses bras et le serra très fort. Johan semblait totalement désarmé. Il regarda sa montre.

-Oh putain je suis méga à la bourre !

Johan enfila un pantalon prit au hasard dans la pile de vêtement sur son lit.

-Je dois y aller, tu fais pas de conneries. Je reviens ce soir !

- T’inquiète mec ! Bonne journée mon sauveur !!

Johan claqua la porte

Plus tard dans la soirée, Johan semblait épuisé après sa journée de travail.  Plus déprimé que jamais, il monta dans l’assesseur et observa son reflet dans le miroir. Il se sentait vide de l’intérieur, un sentiment qui ressortait par ses yeux vitreux. En ouvrant la porte de son appartement, il découvrit une véritable fête.

Rudy était avec cinq autres hommes, des chips recouvraient la table du salon, un homme était debout sur le canapé, des bières à la main. Les autres dansaient et trinquaient à la fois, en renversant de leur breuvage partout sur la moquette et le mobilier. Ils chantaient des chansons paillardes. La décoration de l’appartement avait été entièrement refaite, d’un loft sobre et design, il était devenu un repère de beauf aux postères de playboy. La porte du frigo était grande ouverte et une étrange odeur s’y dégageait. La musique était bien trop forte. Johan fou de rage, attrapa un ami de Rudy par le bras.

- Mais qu’est-ce que c’est que ce bordel ? Dégagez d’ici !

-

Ca va, cool mec, relax ! On fait la pendaison de crémaillère de notre pote Rudy ! T’es qui toi ?

-Moi ? Je suis Johan, le proprio de l’appart ! Et j’aurai aimé qu’on me prévienne un minimum !

-

Copropriétaire! s’écria Rudy en surgissant derrière lui.

Il l’attrapa par les épaule et lui mit une bière dans les mains.

-Aller détends toi! Viens que j’te présente …

Johan dégagea les pop-corn sur le canapé pour pouvoir s’asseoir. Il s’enfonça dans les coussins, regardant les murs, puis le plafond. Des photos de lui et de Rudy de la veille étaient agrandies et encadrées.

Il soupira et se leva pour se rendre dans la cuisine. L’alarme incendie se déclencha. Tous les copains de Rudy sortirent en courant.

Rudy parcourait les pièces de l’appartement, paniqué, il était visiblement sous substances.

-Johan !! Johan!! Où es-tu ?? Il y a le feu !!

Rudy trouva Johan, debout sur un tabouret dans la cuisine, un briquet a la main sous le détecteur de fumée.

-Mais à quoi tu joues mec ? Viens il y a le feu on se tire !

Sans comprendre que Johan était la cause du déclencehemnt de l’alarme, Rudy l’attrapa et le mit sur ses épaules, quittant la pièce en vitesse.

Plus tard dans la nuit, Johan était allongé dans son lit, prêt à s’endormir. Rudy entra dans la chambre et se déshabilla. Il enlèva son caleçon et se mit nu dans le lit à coté de Johan.

- Qu’est-ce tu fous là ?? T’es un malade !

-Bah quoi ? Les vêtements ça me gêne pour dormir.

Johan ne trouva pas le sommeil, il ne faisait qu’analyser la situation, sa vie, son présent qui lui semblait bien misérable. Ses pensées maussades vagabondèrent continuellement.

Le lendemain, alors que Johan préparait le petit déjeuné. Son téléphone vibra dans le salon. Rudy répondit.

-Allo ?

-Johan ?

-Non c’est Rudy, qui est à l’appareil ?

- C’est Elise, je peux parler à Johan s’il te plait ?

-Ah non, sûrement pas ! Johan est très heureux maintenant qu’on vit ensemble, il ne veut plus de toi. C’est fini !!

-Quoi ? Mais t’es qui toi ?

Johan comprit de loin la conversation et accourut.

-Ca ne te regarde pas, aller sort de sa vie maintenant !

Rudy raccrocha.

Johan sauta sur Rudy pour lui arracher le téléphone des mains, trop tard. Il essaya de rappeler Elise à plusieurs reprises mais tomba à chaque fois sur sa messagerie.

Il regarda Rudy et le frappa en plein visage. Il retourna préparer son petit déjeuner en trainant les pieds et en regardant droit devant lui, pendant que Rudy se tortillait de douleur au sol.

Autour de la table de la cuisine et en plein silence, Rudy osa prendre la parole.

-Hè mec, je me demandais, j’aimerais bien organiser une autre soirée ici.

-Fais ce que tu veux, lui répondit Johan avec une voix monotone.

-J’ai quelque contact canon, et puis d’autres un peu moins mais vachement open, si tu vois ce que je veux dire.

-C’est pas de baises dont j’ai besoin mec, c’est d’une femme, d’enfants, de toutes ces conneries qui font qu’on n’est pas une merde dans la société.

-Woaw j’ai jamais entendu autant de conneries en une seule phrase! D’une, on a toujours besoin de baises, il faut qu’on vide nos couilles sinon elles vont éclater! Et une vraie meuf, c’est mieux qu’un mouchoir devant jacquie et michel.

-C’est qui Jacquie et Michel?

-Oh putain mec… Bref, et de deux, y’a plein de grosses merdes qui sont mariés et ont des gosses, ça veut rien dire.

-Ouais c’est pas faux. Vas y ramène du monde, et cette fois j’ai bien l’intention de m’éclater. Et peu importe si c’est toute une équipe de foot qui emménage le lendemain cette fois, je veux vivre le moment à fond.

-C’est bien ça, ouais ! C’est parti, l’invit est déjà lancé sur fb depuis 5 min et déjà  26 personnes sont de la partie, ça va être la soirée du siècle,  mec !

Pendant la soirée, Johan boit énormément. Il tente de séduire quelques femmes, sans succès. Il s’isole, n’ayant nulle envie de converser avec les invités.

-Moi j’ai besoin de personne, marmona Johan dans sa barbe. J’ai seulement besoin de justice…De vengeance.

Il jeta un dernier regard à son verre de vodka avant de le siffler d’une traite. Il fit une grimace et se leva d’un bond de son fauteuil. Rudy rigolait avec des hommes ressemblant à des hippies, des gens aux allures et looks étranges ne faisaient que sortir et entrer. Johan les méprisait tous. Il quitta les lieux en titubant.

Il prit sa voiture. Pas besoin de discernement pour conduire, il connaissait la route par coeur, le chemin était celui menant à l’appartement d’Elise. Il fallait qu’il la retrouve, il ne pouvait simplement pas laisser les choses se passer ainsi. Il en était de sa survie.

Il se gara maladroitement à quelques mètres de l’immeuble d’Elise lorsqu’il la vit sur le perron. Elle était si belle, sa longue chevelure rousse lui descendait en cascade sur ses hanches. Des mains viriles étaient posés sur ces dernières. Un homme était avec elle, lui le père de son enfant, le profanateur, probablement. Johan sentit son sang lui monter au cerveau. D’un baiser, les deux amants se quittèrent. L’homme resta sur le pas de la porte juqu’à ce qu’Elise l’ait refermée. Il prit son temps pour traverser l’allée. Johan  avait déjà rallumer le moteur. D’un coup d’accélérateur, sa voiture fonça sur l’homme qui avait détruit ses rêves. Lorsqu’Elise sortit en trombe dans la rue, Johan était déjà loin. Il eut juste le temps de l’apercevoir dans son retroviseur, tenant le visage blême du cadavre d’une main et de l’autre un téléphone pour avertir les secours.

Lorsque Johan retrouva son appartement, la fête battait son plein. Rudy se jeta sur lui pour le prendre dans ses bras et lui disant à quel point il avait été inquiet de son départ précipité. Johan lui rendit son étreinte. Il se serva une bière et  remarqua une ravissante brune qui le fusillait du regard avec envie. Elle semblait avoir beaucoup bu et peu importe. Et alors ses projets d’avenir changèrent, son unique but était de  faire l’amour à cette sublime créature jusqu’à  l’arrivée de la police. Et tout se réalisa comme il l’avait imaginé.

P1360047

  • the_true_cost_documentary_jpg_662x0_q70_crop-scale

    H&M NOT conscious (boycott)

      La marque H&M se dit « consciente » de l’environnem…
  • DSCN4110oooo

    Les enfants de Satan

    Il était une fois, un village paisible et serein Bouleversé par l’arrivée d’un…
  • 13 en vente sur Amazon

    Mon recueil de nouvelles inédites est maintenant en vente sur Amazon!   13 nouvelles horri…
Charger d'autres articles liés
  • the_true_cost_documentary_jpg_662x0_q70_crop-scale

    H&M NOT conscious (boycott)

      La marque H&M se dit « consciente » de l’environnem…
  • DSCN4110oooo

    Les enfants de Satan

    Il était une fois, un village paisible et serein Bouleversé par l’arrivée d’un…
  • 13 en vente sur Amazon

    Mon recueil de nouvelles inédites est maintenant en vente sur Amazon!   13 nouvelles horri…
Charger d'autres écrits par Ovnipresent
  • the_true_cost_documentary_jpg_662x0_q70_crop-scale

    H&M NOT conscious (boycott)

      La marque H&M se dit « consciente » de l’environnem…
  • DSCN4110oooo

    Les enfants de Satan

    Il était une fois, un village paisible et serein Bouleversé par l’arrivée d’un…
  • 13 en vente sur Amazon

    Mon recueil de nouvelles inédites est maintenant en vente sur Amazon!   13 nouvelles horri…
Charger d'autres écrits dans Non classé

Laisser un commentaire

Consulter aussi

H&M NOT conscious (boycott)

  La marque H&M se dit « consciente » de l’environnem…